Vous êtes courtier ou agent général ? Devenons partenaires !

Optimisez les conditions de votre contrat d'assurance-crédit !

Saviez-vous que les conditions des contrats d'assurance-crédit ont considérablement évolué ces deux dernières années ? Une meilleure prévention des défaillances et la baisse historique des dépôts de bilan en sont les raisons principales.

Notre analyse sectorielle de plusieurs centaines de contrat d'assurance-crédit a permis la création du premier simulateur vous permettant gratuitement et en quelques clics de comparer vos conditions.

Nous observons une économie potentielle pouvant aller jusqu'à 30% de la prime annuelle.

A vous de jouer.

×
°/°°
°/°°

Les questions que nos clients se posent

  • L’assurance-crédit entreprise estime la probabilité de défaillances des sociétés, qui est liée pour beaucoup à la conjoncture économique et aux secteurs d’activités. Il n’y a jamais eu aussi peu de faillites d’entreprises ces dernières années, en partie grâce aux aides de l’Etat lors de la crise sanitaire et à la reprise économique plus forte que prévue.

    En ajoutant la bonne prévention des défaillances d’entreprises de la part des assureurs-crédit, il y a eu moins d’indemnités versées.

    Profitez de cette fenêtre !

  • Toute entreprise qui travaille en B2B et qui a souscrit un contrat d’assurance-crédit doit régulièrement le réévaluer, au moins toutes les 2 échéances.

    Les conditions et le prix de votre contrat d’assurance-crédit entreprise dépendant pour partie de la conjoncture économique, c’est une très bonne idée de le faire régulièrement.

    Vous devez le faire quelle que soit la taille de votre entreprise (TPE, PME, ETI, Grande entreprise, Start-up, Freelance, …) ou votre secteur d’activité (BTP, textile, agro-alimentaire, ...)
    La révision du contrat d’assurance-crédit entreprise peut être à l’initiative du responsable financier, du courtier ou du dirigeant lui-même.

  • Avant toute chose, pensez à vérifier la date anniversaire de votre contrat. La plupart des contrats sont d’une durée de 2 ans. Nous vous conseillons de commencer à analyser votre contrat plusieurs mois avant sa date d’échéance en intégrant le délai de préavis. Vous pouvez aussi faire une résiliation à titre conservatoire de votre contrat d’assurance-crédit entreprise.

    Analysez le ratio entre les primes que vous avez payées (l’idéal est de prendre les 3 dernières années et de faire une moyenne) ainsi que les indemnités que vous avez reçues sur cette même période. Si vous ne trouvez pas facilement ces infos, vous pouvez les obtenir de votre assureur-crédit ou de votre courtier. A moins de 50% les marges de négociation sont importantes.

    Etudiez le montant des garanties accordées par rapport au total des montants que vous avez demandés. Vous connaitrez ainsi le pourcentage couvert, aussi bien en nombre de clients qu’en montant garanti. A moins de 70% il faut s’interroger.

    Regardez les principales clauses de votre contrat, identifiez celles qui vous conviennent et que vous voulez garder, et analysez celles qui vous plaisent moins, que vous voudriez voir modifiées. Décrivez ce que vous voudriez obtenir.

    Faites ensuite les démarches pour obtenir différentes offres et comparez-les. Nous vous conseillons de le faire assisté d’un courtier spécialisé pour ne rien oublier. Dans ce comparatif, pensez à intégrer une étude des garanties accordées par les assureurs-crédit sur vos principaux clients.

    Vous saurez alors ce qui se fait sur le marché, comme conditions et comme garanties pour vos clients. Vous pourrez les comparer avec la nouvelle proposition de votre assureur-crédit.

  • Il y a de nombreux points à avoir en tête lors d’une renégociation. Nous vous indiquons les principaux, en plus bien entendu des conditions tarifaires.

    • Le montant des “Non dénommés”
    • Les quotités de garantie (% d’indemnisation)
    • La franchise.
    • La limite de décaissement
    • Les taux de prime
    • Le minimum de primes
    • Les durées de déclaration de sinistre et d’indemnisation
    • Les clauses spécifiques (liées à l’activité, à la typologie des clients, …)
    • Les frais annexes, qui sont souvent oubliés et qui au final peuvent représenter des sommes conséquences. Ils sont de 3 ordres : les frais d’enquête pour les demandes sur les nouveaux clients, les frais de surveillance pour les agréments en cours, et la participation aux frais contentieux.
  • Il est préférable de faire intervenir un spécialiste indépendant pour être certain de comprendre toutes les clauses et leurs conséquences, de ne rien oublier, et de savoir ce qui se fait sur le marché. Vous pouvez reprendre contact avec le courtier qui vous a aidé à mettre en place le contrat à l’origine si c’était le cas, vous pouvez aussi choisir de contacter un autre courtier, pour avoir un regard neuf d’expert. En tout cas évitez les négociations en direct avec les Compagnies qui sont juges et parties.

crosschevron-upchevron-down